Accueil/Formation permanente

Formation permanente

LE CANADA

Institut de formation théologique de Montréal

ITALIE

Collège Pontifical Canadien, Rome

LA COLOMBIE

Maison sacerdotale de Saint-Sulpice à Bogotá

LE CANADA

Institut de formation théologique de Montréal

2065, rue Sherbrooke Ouest, Montréal (Québec) H3H 1G6

Contacter : M. Jaime Mora, PSS, recteur.

(450) 479-6168
Fax: (450) 479-8973

registraire@iftm.ca

www.ifti.ca

L’Institut de formation théologique de Montréal (IFTM) est une œuvre fondée par les Prêtres de Saint-Sulpice en 1988.
Jusqu’en 2020, cette institution s’est occupée principalement de la formation presbytérale à Montréal.

Actuellement, l’Institut se définit comme un organisme international de la Province canadienne de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice au service de l’Église et des diverses œuvres, institutions et communautés où ses membres sont présents.

séminaire montréal

Une tradition universitaire plus que centenaire

L’existence de l’Institut de formation théologique de Montréal est intimement liée au Grand Séminaire de Montréal. En 1878, ce séminaire devient une faculté de théologie rattachée à l’Université Laval de Québec. Cette faculté obtiendra la reconnaissance civile en 1920. En 1925, elle obtient son statut canonique à titre de faculté de l’Université de Montréal. Jusqu’en 1967, elle fut l’œuvre des Prêtres de Saint-Sulpice sise au Grand Séminaire de Montréal. Cette année-là, l’Université de Montréal obtint une nouvelle charte. Par conséquent, toutes les fonctions de la faculté de théologie, soit l’administration et l’enseignement, furent totalement intégrées au campus principal de l’Université de Montréal. La faculté ne sera sous la direction des Prêtres de Saint-Sulpice que pour quelque temps encore. Ce transfert du siège de la faculté facilitera l’accès aux études théologiques et aux grades universitaires à une plus grande variété d’étudiants et étudiantes, laïcs et religieux.

Un institut affilié à l’Université du Latran

Pour sa part, le Grand Séminaire de Montréal (G.S.M.) continuera de se spécialiser dans la formation des futurs prêtres. En 1976, on reprend un enseignement autonome au Grand Séminaire sur la rue Sherbrooke. Le Centre de formation théologique du Grand Séminaire, considéré canoniquement comme Studium depuis 1978 obtient, en 1979, l’affiliation à l’Université Pontificale du Latran à Rome pour le programme en théologie. Puis, en 1986, l’affiliation est accordée pour le programme de philosophie et en 1994, pour le programme de second cycle de la maîtrise en théologie pastorale.

En 1988, le Centre est érigé, par la Congrégation pour l’éducation catholique, en Institut et porte désormais le nom d’Institut de formation théologique de Montréal, nom enregistré dans la province de Québec en 1995. Cette distinction plus nette entre le « Grand Séminaire », lieu de formation presbytérale, et l’« Institut de formation théologique de Montréal », lieu de formation intellectuelle en philosophie et en théologie, permet d’accueillir plusieurs laïcs parmi les étudiants.

Reconnaissance civile : la Loi 278

Le 20 juin 1998, le Gouvernement du Québec sanctionne la Loi 278 qui reconnaît que: « Les Prêtres de Saint-Sulpice de Montréal ont le pouvoir de dispenser des programmes d’enseignement de niveau universitaire et de décerner des grades, diplômes, certificats ou autres attestations d’études universitaires dans le domaine des sciences ecclésiastiques ». L’entrée en vigueur de cette loi accorde le droit de décerner des diplômes et grades sur le plan civil dans le domaine des sciences ecclésiastiques. Tous les programmes et diplômes de l’Institut sont enregistrés officiellement auprès du Ministère de l’éducation.

Autonomie de l’I.F.T.M.

L’Institut de formation théologique de Montréal a acquis, au terme de trente années d’affiliation, maturité, stabilité et reconnaissance. Le 25 septembre 2009, l’Institut de formation théologique de Montréal, propriété des Prêtres de Saint-Sulpice de Montréal, devient une corporation en vertu de la Loi sur les corporations religieuses. En conséquence, l’I.F.T.M. est administrée par les Prêtres de Saint-Sulpice de Montréal qui émettent des diplômes au plan civil en vertu de la Loi 278.

ITALIE

Collège Pontifical Canadien

Via Crescenzio, 75
00193 Rome, Italie

Contacter: M. Jaroslaw Kaufmann, PSS, recteur

(39) 06.684.02113
Secrétariat (39) 06.684.0211
Fax: (39) 06.684.02107

collegio.canadese@sulpc.org

125e anniversaire de la fondation du Collège Pontifical Canadien.

En 1888, la province canadienne inaugure à Rome le Collège Pontifical Canadien, une résidence destinée aux prêtres canadiens et aux sulpiciens qui viennent poursuivre des études supérieures dans les diverses universités de la Ville éternelle. Le 6 mai 1932, un décret de la Congrégation Romaine des Séminaires et Universités reconnaît officiellement le Collège comme institution pontificale. Le 21 août 1937, un décret royal accorde la reconnaissance civile à la Corporation du Collège dont le recteur est le représentant légal.

College_canadien_3À ses débuts, le Collège occupe le 117 Via Quattro Fontane, un magnifique édifice de quatre étages qui pouvait recevoir une cinquantaine de résidants. En 1974, une diminution notable des candidats aux études oblige Saint-Sulpice à vendre cette maison pour occuper un étage du Collège Pontifical Saint-Jean Népomucène au 1 Via Concordia.

Au cours des mois de septembre et d’octobre 1977, le Collège Canadien emménage au 75 Via Crescenzio, dans la Maison Générale des Soeurs Ursulines del Sacro Monte de Varallo, édifice qu’il loue en grande partie, à quelques minutes de marche de la Basilique Saint-Pierre.

Le Collège célèbre en novembre 1988 le centenaire de sa fondation. Au cours d’un banquet offert à la Maison Sainte-Marthe, Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II, s’adressant aux Cardinaux, aux Évêques, aux prêtres et aux amis du Collège qui participaient à la fête, résumait bien le rôle de la Maison :

« L’établissement d’un Collège à Rome permet aux étudiants d’avoir une expérience différente de la vie universitaire de leurs pays respectifs et en même temps de la compléter. Ils ont l’opportunité de profiter de la contribution de professeurs provenant de presque toutes les nations du monde. Grâce au contact personnel quotidien avec d’autres étudiants, ils deviennent conscients des aspirations et des intérêts des prêtres, des religieux et des religieuses d’autres cultures et possédant une expérience de vie en Église différente de la leur. De manière concrète, à Rome, les étudiants peuvent également découvrir l’universalité de l’Église, sa diversité et la richesse de son unité » .

En novembre 2005, après un processus de quelques années qui a engagé les diverses instances de la Compagnie et du Collège, la Congrégation pour l’éducation catholique approuve les Statuts et le Directoire du Collège Pontifical Canadien. De cette façon, le Collège bénéficie des critères et des orientations à jour et précis, conformément aux dispositions de l’Église et la pédagogie des Prêtres de Saint-Sulpice en ce qui concerne la formation permanente des prêtres.

En plus des espaces pour la vie commune comme la chapelle, la salle à manger et la bibliothèque, le Collège dispose de 21 chambres dotées d’une salle d’eau, de fenêtres insonorisées, d’une ligne téléphonique et d’une connexion Internet.

Au début de l’année scolaire, fin septembre ou début octobre, le Collège accueille les prêtres étudiants. Ces étudiants peuvent demeurer dans la maison jusqu’à la fin juin. Durant juillet et août, et la majeure partie de septembre, la maison est fermée.

Depuis 2018, M. Jaroslaw Kaufmann dirige la maison à titre de Recteur. Il accueille actuellement une vingtaine de prêtres étudiants.

Ces prêtres étudient dans différentes institutions: l’Université Grégorienne, l’Institut Biblique Pontifical, l’Université du Latran (Institut Jean-Paul II pour la famille et Institut de Pastorale), l’Académie Alphonsienne, la Faculté théologique Teresianum (Spiritualité), l’Athénée Pontifical Saint-Anselme (Liturgie), l’Université Saint-Thomas d’Aquin (Angelicum) ou encore l’Université Urbaniana.

Habituellement les prêtres préparent une licence ou un doctorat dans une des sciences ecclésiastiques. Toutefois, on peut également s’engager dans un programme particulier au cours d’une période sabbatique.

L’année universitaire comporte deux semestres. Le premier commence ordinairement à la mi-octobre, pour se terminer avec les examens du début de février. Le deuxième s’étend de la mi-février à la fin de juin.

Normalement, on prévoit environ trois semaines de vacances au temps de Noël et deux semaines à Pâques.

Visiteurs

Durant les mois d’activité (d’octobre à juin), le Collège dispose habituellement de quelques chambres libres pour recevoir des hôtes de passage.

LA COLOMBIE

La Maison sacerdotale de Saint-Sulpice à Bogotá

Carrera 62 No 172-41, Barrio San José de Bavaria. Bogotá, D.C., Colombia, A.S.

Contacter: M. Juan Elîas Muñoz, PSS, modérateur de la maison

(57-1) 679-0736, poste 231
Fax: (57-1) 487-0225

padressulpicianos@gmail.com

La Maison de Saint-Sulpice à Bogotá est intimement liée à la présence sulpicienne en Colombie et en Amérique latine. Après son arrivée au Séminaire de Manizales en 1949 et l’accueil de plusieurs candidats, Saint-Sulpice, en peu d’années, est amené à prendre en charge divers séminaires en Colombie et en d’autres pays d’Amérique latine (Panamá, Guatemala, Venezuela, Brésil). Dès la fin des années soixante, alors que la Compagnie assure la direction d’un deuxième séminaire, celui de Bogotá, on sent le besoin d’une coordination du travail et de la vie communautaire des équipes de formateurs. Toutefois, il faut attendre 1971 pour voir s’établir une Délégation provinciale des Prêtres de Saint-Sulpice en Colombie qui, peu après, devient la Délégation provinciale des Prêtres de Saint-Sulpice en Colombie pour la région de l’Amérique latine.

Comme premier délégué, on choisit un membre de l’équipe de Bogotá, Monsieur Alberto Giraldo, PSS qui demeure en poste de 1971 à 1974 alors qu’il est nommé évêque auxiliaire de Popayán. Ses successeurs saisiront comme lui l’importance d’un lieu d’appartenance propre à Saint-Sulpice, cela d’autant plus qu’aucun des séminaires sulpiciens de Colombie, du Brésil et de Panamá n’appartenait à la Province canadienne des Prêtres de Saint-Sulpice. Après plusieurs recherches infructueuses, le 26 octobre 1988, le délégué de l’époque, Monsieur Arturo Cardona, PSS réalise ce dessein grâce à l’aide financière de la Procure provinciale du Canada. C’est à Bogotá qu’il acquiert des Soeurs Tertiaires Capucines une maison du quartier Nicolás de Federmán. Là réside en permanence un confrère qui agit comme administrateur et supérieur de la Maison. Le premier à occuper ce poste est Monsieur Jorge Jaramillo, PSS auquel succède Monsieur Alfred Morin, PSS Le directeur y accueille les confrères de passage. Puis, avec les années, des confrères y prennent résidence parce qu’ils prennent leur retraite pour des raisons d’âge ou de santé. Bientôt, la Maison ne peut plus suffire à ses diverses fonctions administratives et résidentielles. En réponse à cette situation, Monsieur Nelson Londoño, PSS, le délégué provincial de 1996 à 1998, réussit à compléter l’achat d’un terrain situé dans le quartier San José de Bavaria, lot qui se prêtera à la construction d’une maison plus vaste.

sansulpicio1C’est son successeur à la Délégation, Monsieur Alvaro Jaramillo, PSS, décédé en 2002, qui, avec l’économe Monsieur Gregorio León, PSSpervise la construction de la nouvelle maison. Des dons généreux de sources multiples couvrent en bonne part les frais encourus. On peut mentionner entre autres la contribution de diverses communautés religieuses et de plusieurs instances de Saint-Sulpice : le Généralat, la Province des États-Unis, la Province canadienne et des confrères de la Province canadienne à titre individuel. Il en résulte un édifice qui répond à tous les besoins. Il compte 32 chambres, dont 12 suites, pour l’accueil des prêtres sans compter quatre chambres pour le logement des religieuses qui assurent le service domestique. En plus d’un réfectoire et d’une chapelle spacieuse dédiée à saint Ambroise, il offre à ses résidants une bibliothèque assez vaste, une salle de conférence et plusieurs salles réservées à la vie communautaire. On y emménage le 8 novembre 2001 et l’inauguration officielle a lieu le 9 janvier 2002 en présence du Nonce apostolique, S.E. Mgr Benniamino Stella, du président de la Conférence épiscopale de Colombie, notre confrère S. E. Mgr Alberto Giraldo, PSS archevêque de Medellín, et de plusieurs autres invités.

La Maison loge la Délégation provinciale en Colombie pour la région de l’Amérique latine (le délégué et l’économe de la délégation), quelques confrères retraités, des candidats à Saint-Sulpice qui sont aux études, de même que quelques prêtres non sulpiciens qui étudient à l’Instituto de Teología Pastoral para América Latina (ITEPAL) ou qui travaillent à Bogotá.

Cette communauté est animée par son directeur, Monsieur Juan Elías Muñoz, PSS et les membres du Conseil local.

Périodiquement, en janvier, la Maison accueille la réunion officielle des confrères d’Amérique latine pour différentes sessions d’étude ou de ressourcement. Elle sert aussi pour des sessions de formation permanente des prêtres en général ou bien pour des aspirants à Saint-Sulpice ou des collaborateurs diocésains des séminaires confiés à la Province canadienne de Saint-Sulpice. La chapelle de cette maison accueille quotidiennement un bon nombre de fidèles qui se joignent aux prêtres pour la célébration de l’Eucharistie.