La maison du 116 Rue Notre-Dame Ouestdénommé Séminaire SaintSulpice, est un lieu de résidence des Prêtres de SaintSulpice. Trois évêques émérites et une vingtaine des prêtres constituent cette communauté. La maison a une grande valeur patrimoniale, parce qu’elle garde l’histoire des origines de la ville de Montréal, non seulement en raison de la conservation de ses murs, mais aussi en raison de la présence des héritiers des principaux protagonistes. Comme Société de vie apostolique, les Prêtres de SaintSulpice y continuent la mission initiée par leurs fondateurs.  

Après une année passée dans le monde virtuel, nous, séminaristes, sommes retournés dans notre maison communautaire du Grand Séminaire Saint-Joseph de Zipaquirá, Colombie, en respectant les normes sanitaires de sécurité, afin de poursuivre notre processus de formation. Ainsi, à la fin du Carême, un temps de grâce propice, « un temps pour renouveler la foi, l’espérance et la charité », a préparé notre être d’appelé à la célébration de Pâques.

« un temps pour renouveler la foi, l’espérance et la charité »

La célébration de la Semaine Sainte fut un temps de rencontre avec Celui qui est le chemin, la vérité et la vie. Ce fut aussi un moment pour porter notre attention et notre intérêt sur notre famille du séminaire, pour contempler le Christ aux côtés de mon frère qui marche sur le même chemin vocationnel ; pour reconnaître que nous sommes dans le même bateau et que nous ramons vers la même destinée. Ce temps de Pâques est maintenant l’occasion de servir les autres, de raviver notre solidarité et d’aller à la rencontre de l’autre qui a besoin d’affection, d’amour et de pardon, parce que nous sommes conscients que seuls, nous coulons sans être sauvés.

Ce fut aussi un moment pour porter notre attention et notre intérêt sur notre famille du séminaire, pour contempler le Christ aux côtés de mon frère qui marche sur le même chemin vocationnel

Enfin, comme communauté du séminaire, nous demandons au Seigneur, en ce temps de Pâques, de nourrir notre foi, de nous soutenir dans notre vocation, de raviver notre désir de répondre généreusement à l’appel de Dieu et de servir nos frères. Que ce soit aussi l’occasion de renforcer l’unité, les liens d’amitié et de solidarité au sein de notre communauté du séminaire. C’est ainsi que nous participerons au triomphe du Christ sur la mort et que nous obtiendrons le Salut, avec la compagnie et l’intercession de Notre Dame de l’Assomption et de Saint Joseph, patron de notre séminaire.

Grand Séminaire Saint-Joseph de Zipaquira

INAUGURATION DE LA CHAPELLE

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Donec quam felis, ultricies nec, pellentesque eu, pretium quis, sem. Nulla consequat massa quis enim.

DESCRIPTION DU LIEU PATRIMONIAL 

Le site historique du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice, classé en 1985, comprend un édifice conventuel érigé à partir de 1684, sa cour avant et son jardin arrière. L’édifice en pierre et en brique comprend un corps central flanqué de deux ailes et d’une annexe. Il adopte un plan en « U » et est coiffé en majeure partie de toits à deux versants. Le site historique du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice est situé à proximité de la basilique Notre-Dame et de la place d’Armes, au cœur  de l’arrondissement historique de Montréal. Un site archéologique euroquébécois est associé au lieu.  

Le Vieux Séminaire de Saint-Sulpice est classé monument historique 

VALEUR PATRIMONIALE 

La valeur patrimoniale du site historique du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice repose sur son ancienneté. La construction de la partie centrale de l’édifice débute dès 1684, selon les plans du supérieur François Dollier de Casson (1636-1701), figure marquante de l’histoire de Montréal. Le lieu de résidence de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice est le plus ancien et le seul édifice remontant au XVIIe siècle dans le Vieux-Montréal. 

La valeur patrimoniale du site historique du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice repose aussi sur son intérêt historique et symbolique. Le site a, en effet, rempli diverses fonctions associées au rôle joué par les Messieurs de Saint-Sulpice dans la société montréalaise. Ces derniers, qui arrivent à Ville-Marie (Montréal) en 1657, se font missionnaires et éducateurs; ils assurent le service spirituel de la paroisse de Notre-Dame. En 1663, ils font l’acquisition de la seigneurie de l’Île-de-Montréal. Pour la développer et activer son peuplement, ils concèdent les terres, dirigent l’aménagement du territoire, soutiennent les communautés religieuses et créent plusieurs paroisses qu’ils desservent. En 1840 le régime seigneurial est aboli sur l’île de Montréal, mais le rôle des Sulpiciens ne diminue pas pour autant. Ils sont chargés par l’évêque de former le clergé catholique de tout le diocèse, fondé en 1836. Le séminaire de Saint-Sulpice sert ainsi de manoir seigneurial, de presbytère, de séminaire et de couvent. Pendant longtemps, le Vieux séminaire a été le symbole du pouvoir des Sulpiciens à Montréal. De nos jours, il rappelle le rôle important joué par les Messieurs de Saint-Sulpice dans l’histoire de Montréal et du Québec. 

« La valeur patrimoniale du site historique du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice repose également sur son unicité et sur l’ancienneté de l’aménagement de sa cour et de son jardin. Le corps central du séminaire est construit de 1684 à 1687 et deux ailes sont ajoutées entre 1704 et 1713. En 1848, une aile d’inspiration néoclassique remplace l’aile est. La cour avant est créée au début du XVIIIe siècle, lors de la construction des ailes et du muret de pierre le long de la rue Notre-Dame. Elle compte une allée partant du portail de la rue et traversant la pelouse jusqu’au massif floral circulaire, au centre, puis rayonnant vers les trois portes principales de l’édifice. Quant au jardin situé à l’arrière de l’immeuble, il était autrefois l’un des plus célèbres du continent nord-américain. Le coeur de ce jardin est composé de quatre allées principales qui convergent vers une pergola ornée d’une statue de Jean-Jacques Olier (1608-1657), fondateur de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice. Bien que réaménagé au fil des siècles, il s’agit du seul espace vert subsistant de l’aménagement des édifices conventuels du Vieux-Montréal. C’est aussi le plus ancien jardin entretenu en permanence en Amérique du Nord. Par son intégrité, le site du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice constitue un témoin essentiel du patrimoine québécois.  

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004. 

Si vous avez aimé ce contenu, partagez-le !