La maison du 116 Rue Notre-Dame Ouest, dénommé Séminaire Saint-Sulpice, est un lieu de résidence des Prêtres de Saint-Sulpice. Trois évêques émérites et une vingtaine des prêtres constituent cette communauté. La maison a une grande valeur patrimoniale, parce qu’elle garde l’histoire des origines de la ville de Montréal, non seulement en raison de la conservation de ses murs, mais aussi en raison de la présence des héritiers des principaux protagonistes. Comme Société de vie apostolique, les Prêtres de Saint-Sulpice y continuent la mission initiée par leurs fondateurs.

Le Séminaire Saint-Sulpice est aussi un lieu de rencontre des différents missionnaires qui reviennent du Japon, d’Amérique latine, de Rome ainsi que d’autres prêtres sulpiciens qui ont exercé aussi leur ministère dans nos anciens collèges ou dans le Grand Séminaire à Montréal. Ils forment une véritable communauté de prêtres qui partagent la prière, la célébration de l’eucharistie, la table au réfectoire et les différents moments où il est possible de se détendre dans nos espaces communs. De plus, la maison offre un service de santé où les confrères, selon leurs besoins, sont accompagnés par une équipe chaleureuse et professionnelle.

L’état de conservation de la maison est bon, et les Prêtres de Saint-Sulpice travaillent, afin de la maintenir comme centre de leur ministère pastoral et missionnaire, telle qu’elle l’a été au long de l’histoire. Elle est un lieu identitaire et un point de référence nécessaire lorsqu’il s’agit de revenir aux origines et à l’esprit fondateur de notre mission.

INAUGURATION DE LA CHAPELLE

DESCRIPTION DU LIEU PATRIMONIAL 

Le site historique du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice, classé en 1985, comprend un édifice conventuel érigé à partir de 1684, sa cour avant et son jardin arrière. L’édifice en pierre et en brique comprend un corps central flanqué de deux ailes et d’une annexe. Il adopte un plan en « U » et est coiffé en majeure partie de toits à deux versants. Le site historique du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice est situé à proximité de la basilique Notre-Dame et de la place d’Armes, au cœur  de l’arrondissement historique de Montréal. Un site archéologique euroquébécois est associé au lieu.  

Le Vieux Séminaire de Saint-Sulpice est classé monument historique 

VALEUR PATRIMONIALE 

La valeur patrimoniale du site historique du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice repose sur son ancienneté. La construction de la partie centrale de l’édifice débute dès 1684, selon les plans du supérieur François Dollier de Casson (1636-1701), figure marquante de l’histoire de Montréal. Le lieu de résidence de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice est le plus ancien et le seul édifice remontant au XVIIe siècle dans le Vieux-Montréal. 

La valeur patrimoniale du site historique du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice repose aussi sur son intérêt historique et symbolique. Le site a, en effet, rempli diverses fonctions associées au rôle joué par les Messieurs de Saint-Sulpice dans la société montréalaise. Ces derniers, qui arrivent à Ville-Marie (Montréal) en 1657, se font missionnaires et éducateurs; ils assurent le service spirituel de la paroisse de Notre-Dame. En 1663, ils font l’acquisition de la seigneurie de l’Île-de-Montréal. Pour la développer et activer son peuplement, ils concèdent les terres, dirigent l’aménagement du territoire, soutiennent les communautés religieuses et créent plusieurs paroisses qu’ils desservent. En 1840 le régime seigneurial est aboli sur l’île de Montréal, mais le rôle des Sulpiciens ne diminue pas pour autant. Ils sont chargés par l’évêque de former le clergé catholique de tout le diocèse, fondé en 1836. Le séminaire de Saint-Sulpice sert ainsi de manoir seigneurial, de presbytère, de séminaire et de couvent. Pendant longtemps, le Vieux séminaire a été le symbole du pouvoir des Sulpiciens à Montréal. De nos jours, il rappelle le rôle important joué par les Messieurs de Saint-Sulpice dans l’histoire de Montréal et du Québec. 

«La valeur patrimoniale du site historique du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice repose également sur son unicité et sur l’ancienneté de l’aménagement de sa cour et de son jardin. Le corps central du séminaire est construit de 1684 à 1687 et deux ailes sont ajoutées entre 1704 et 1713. En 1848, une aile d’inspiration néoclassique remplace l’aile est. La cour avant est créée au début du XVIIIe siècle, lors de la construction des ailes et du muret de pierre le long de la rue Notre-Dame. Elle compte une allée partant du portail de la rue et traversant la pelouse jusqu’au massif floral circulaire, au centre, puis rayonnant vers les trois portes principales de l’édifice. Quant au jardin situé à l’arrière de l’immeuble, il était autrefois l’un des plus célèbres du continent nord-américain. Le coeur de ce jardin est composé de quatre allées principales qui convergent vers une pergola ornée d’une statue de Jean-Jacques Olier (1608-1657), fondateur de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice. Bien que réaménagé au fil des siècles, il s’agit du seul espace vert subsistant de l’aménagement des édifices conventuels du Vieux-Montréal. C’est aussi le plus ancien jardin entretenu en permanence en Amérique du Nord. Par son intégrité, le site du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice constitue un témoin essentiel du patrimoine québécois.  

Source : Ministère de la Culture et des Communications du Québec, 2004. 

Si vous avez aimé ce contenu, partagez-le !