« Mais vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »

Ac 1,8

La parole de Dieu suit le processus normal de toute parole annoncée, elle est transmise par le souffle qui devient son. Le souffle prend ainsi la parole formée dans le secret de ma pensée et la dirige vers les autres. Les autres moyens de transmission ne font qu’augmenter la puissance et amplifier le souffle, la voix. Même l’écriture vient après la voix et l’expression orale, parce que les caractères de l’alphabet ne sont que des signes qui représentent des sons.

La Parole de Dieu suit cette loi. Elle est transmise par le souffle de Dieu Lui-même, par le Saint Esprit. Le souffle de Dieu anime sa Parole. Il s’agit alors de la loi fondamentale de toute annonce et de toute évangélisation. L’Esprit Saint est son véritable, et moyen essentiel de communication. Sans Lui, il ne reste que le revêtement humain du message. Les paroles de Dieu sont esprit et vie. Pourtant, elles ne peuvent être transmises ou accueillies que dans l’Esprit. Constamment au cours de l’histoire du salut, nous constatons cette loi fondamentale : Dans l’évangile selon Saint Luc, Jésus commence à prêcher, mû par le Saint Esprit :

« L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé. Pour proclamer aux captifs la délivrance, et aux aveugles le recouvrement de la vue, pour renvoyer libres les opprimés, pour publier une année de grâce du Seigneur »(Lc 4,18-19).

Après la fête de la Pâque, Jésus exhorte les apôtres à se tenir loin de Jérusalem jusqu’au moment où ils seront revêtus d’une force venue d’en haut : « Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1,8). Tout le récit de la Pentecôte sert précisément à mettre cette vérité en évidence, lorsque Pierre et ses apôtres rendent témoignage publiquement du Christ mort et ressuscité :

Après la fête de la Pâque, Jésus exhorte les apôtres à se tenir loin de Jérusalem jusqu’au moment où ils seront revêtus d’une force venue d’en haut : « Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Ac 1,8).

Tout le récit de la Pentecôte sert précisément à mettre cette vérité en évidence, lorsque Pierre et ses apôtres rendent témoignage publiquement du Christ mort et ressuscité :

« Hommes Israélites, écoutez ces paroles! Jésus de Nazareth, cet homme à qui Dieu a rendu témoignage devant vous par les miracles, les prodiges et les signes qu’il a opérés par lui au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes; cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l’avez crucifié, vous l’avez fait mourir par la main des impies. Dieu l’a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu’il n’était pas possible qu’il fût retenu par elle » (Ac 2, 22-24).

Leurs paroles ont un pouvoir de conviction si fort que les trois mille personnes qui les écoutaient ont commencé à s’émouvoir. L’Esprit Saint venu sur les apôtres se transforme en eux dans un élan irrésistible pour évangéliser.

Saint Paul affirme même aussi que sans le Saint Esprit, il est impossible de proclamer la forme la plus élémentaire et le principe fondamental de toute annonce chrétienne : « Jésus est le Seigneur ». Saint Pierre décrit les apôtres comme ceux qui ont annoncé l’Évangile dans l’Esprit Saint. Le mot Évangile indique le contenu, et l’expression dans l’Esprit Saint révèle le moyen et la méthode de l’annonce.

Cependant, personne ne peut mieux exprimer le rapport, qui existe entre l’évangélisation et le Saint Esprit, que Jésus lui-même, pendant la nuit de pâque lorsqu’il se manifeste aux disciples dans le cénacle en leur disant :

« La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint » (Jn 20,20-21).

Jésus envoie les disciples annoncer l’Évangile au monde entier et leur confie aussi, par le souffle, le moyen par lequel cette annonce peut être réalisée, l’Esprit Saint.

Rien ne nous empêche de penser maintenant, lors de cette Pâque vers laquelle nous sommes orientés, que Jésus veut nous convoquer à nouveau, non seulement pour entendre sa Parole ou pour réfléchir sur son action dans l’Église, mais plutôt pour nous donner à nouveau son Souffle et la force vital de son Esprit. Le Christ ressuscité vivra toujours ainsi, en cherchant parmi nous tous ceux qui se montrent prêts à recevoir la force vitale de son Esprit Saint. Notre mission a besoin de se renouveler et de retrouver son dynamisme premier. Nous avons besoin, aussi, de nous revêtir toujours plus de cet Esprit du Christ ressuscité, qui peut faire renaitre en nous l’ardeur de sa présence dans nos cœurs.

Saint Paul affirme même que sans le Saint Esprit est impossible aussi de proclamer la forme la plus élémentaire et le principe fondamental de toute annonce chrétienne, « Jésus est le Seigneur ». Saint Pierre décrit les apôtres comme ceux qui ont annoncé l’Évangile dans l’Esprit Saint. Le mot « Évangile » indique le contenu et l’expression « dans l’Esprit Saint » révèle le moyen et la méthode de l’annonce.

Cependant, personne ne peut pas exprimer encore mieux le rapport qui existe entre l’évangélisation et le Saint Esprit, que Jésus lui-même pendant la nuit de pâque lorsqu’il se manifeste aux disciples dans le cénacle en leur disant : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint » (Jn 20,20-21). Jésus envoie les disciples annoncer l’Évangile au monde entier et leur confie par le souffle aussi le moyen par lequel cette annonce peut être réalisé, l’Esprit Saint.

Rien ne nous empêche de penser maintenant, lors de cette pâque vers laquelle nous sommes orientés, que Jésus veut nous convoquer à nouveau, non seulement pour entendre sa Parole ou pour réfléchir sur son action dans l’Église, mais plutôt pour nous donner à nouveau son souffle et la force vital de son Esprit. Le Christ ressuscité vivra toujours ainsi en cherchant parmi nous tous ceux qui se montrent prêts à recevoir la force vitale de son Esprit Saint. Notre mission a besoin de se renouveler et de retrouver son dynamisme premier et nous avons besoin aussi de nous revêtir encore plus de cette Esprit du Christ ressuscité qui peut faire renaitre en nous l’ardeur de sa présence dans nos cœurs.

Chers confrères,

Laissons-nous conduire par l’Esprit

afin de vivre vraiment le présent et bâtir véritablement l’avenir

Joyeuse fête de Pâques 2021

Si vous avez aimé ce contenu, partagez-le !