M. Shayne Craig, prêtre et enseignant de longue date à Edmonton, a été élu comme nouveau supérieur général de la Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice, un ordre international de prêtres fondé dans les années 1600.

M. Craig, lui-même prêtre sulpicien, sera basé à Paris, en France, siège de l’ordre sulpicien. De là, il voyagera à l’étranger pour soutenir les ordres sulpiciens dans le monde entier.

« J’espère pouvoir aider nos différents séminaires à travers le monde à être fidèles à l’Eglise et à répondre à ce que l’Eglise leur demande », a déclaré le père Craig juste avant de quitter Edmonton le 14 septembre.

Les Sulpiciens sont situés dans trois provinces centrales – France, Etats-Unis et Canada – et à partir de ces trois provinces, ils ont des branches communautaires qui servent dans neuf autres pays d’Amérique latine, d’Asie et d’Afrique.

M. Craig attribue à ses décennies d’expérience en tant que formateur la raison pour laquelle il a été choisi pour ce rôle. Il est un pilier de l’archidiocèse d’Edmonton depuis qu’il s’est joint à l’équipe de formation du séminaire Saint-Joseph – son alma mater – en 1994. En 2001, il a été nommé vice-recteur, puis recteur, poste qu’il a occupé jusqu’en 2012.

Entre 2010 et 2012, le père Craig a également été recteur du Newman Theological College. Depuis 2001, M. Craig dirige l’équipe de formation du séminaire Saint-Joseph, notamment le programme de stage pastoral. Depuis qu’il a rejoint l’équipe de formation, il a eu un impact sur la vie d’innombrables séminaristes et frères prêtres.

Séminaire Edmonton

Séminaire St-Joseph d'Edmonton

M. Craig avec des séminaristes du Séminaire St-Joseph d'Edmonton.

« M. Shayne (ainsi que quelques autres prêtres du séminaire) a eu un impact profond dans mon cheminement de foi, mon discernement, ma formation et l’expression vécue de mon sacerdoce », a déclaré le prêtre Roger Niedzielski, curé des paroisses de Stettler, Castor et Bashaw.

« Je suis l’homme (et le prêtre) que je suis aujourd’hui grâce à l’exemple, aux paroles et à la direction du M. Shayne tout au long de mes huit années passées au Séminaire Saint-Joseph », a déclaré le prêtre Niedzielski.

« La pédagogie des prêtres sulpiciens est la formation des hommes dans ce que j’appellerais les petites manières, la formation que l’on voit le mieux lors des conversations à table. C’est dans ces moments que les hommes apprennent de manière subtile et sans s’en douter, non seulement à être de bons prêtres, mais aussi à être des prêtres gentils », a déclaré le prêtre Niedzielski.

« C’est le grand don du M. Shayne et de la société dont il est responsable, c’est de prendre des hommes et de les transformer en hommes doux, de les transformer non seulement en bergers mais en bons bergers. »

Le prêtre Kris Schmidt, curé de la paroisse St. Francis Xavier à Camrose, a déclaré que le père Craig avait un don particulier en tant que professeur.

« M. Shayne est un professeur dans l’âme, et pas seulement dans la salle de classe.  Son amour du sacerdoce et sa personnalité joviale transparaissent chaque fois qu’il enseigne, principalement par ses gestes de la main très actifs ! Il était très réaliste quant à la vie de prêtre, tout en étant joyeux et plein d’espoir », a déclaré le prêtre Schmidt. « Il était encourageant mais n’avait pas peur de lancer des défis ».

M. Craig est également passionné par le besoin d’une communauté proche et d’une fraternité vivante parmi les prêtres et les séminaristes. L’approche sulpicienne de la formation est utilisée au séminaire de St. Joseph depuis 1990.

« Dans tout ce que nous faisons, nous essayons de modeler les séminaristes comme le groupe de disciples autour de Jésus, donc notre approche de la formation est très proche, très étroite », a déclaré M. Craig. « Nos chambres sont dispersées parmi celles des séminaristes, nous mangeons avec eux, nous faisons des activités communautaires ensemble. Le principe est que la formation est basée sur un partage de nos vies. »

M. Sylvain Casavant, le recteur du séminaire Saint-Joseph, a été séminariste avec M. Craig. Ils ont tous deux été ordonnés en 1992, et M. Casavant a déclaré que leur amitié est un don de Dieu.

« C’est mon meilleur ami. Il a une foi profonde et un esprit phénoménal pour la théologie, tout en restant éminemment pratique. Il a cette capacité phénoménale d’amener le Christ dans les conversations de tous les jours, juste comme ça ! ».

M. Craig nous manquera, mais M. Casavant est confiant que son frère dans le Christ « est prêt à relever le défi » en tant que supérieur général des Sulpiciens.

Entretien avec M. Shayne Craig

Qu’est-ce qui vous manquera le plus dans votre travail au Séminaire St. Joseph ?

« C’est une bonne question. Je pense que ce qui va me manquer le plus et quand vous frappez ces moments enseignables, quand vous vous connectez avec votre étudiant, quand vous dites quelque chose en classe qui résonne avec leur propre expérience de la vérité … et ces grands moments de savoir que vous venez de frapper la vérité de l’Évangile ! Ces rencontres personnelles vont me manquer ! »

Qui vous a le plus marqué au cours de vos années à Edmonton ?

« Oh, tant de gens et beaucoup de gens qui ne le sauraient jamais. Il y a beaucoup de gens qui font beaucoup de sacrifices et qui font beaucoup de ce que nous appelions autrefois des « petits boulots », sans lesquels nos institutions ne fonctionneraient pas. L’enseignement de la foi est très important et j’ai été édifié par de grands professeurs autour de moi, mais il y a beaucoup d’autres personnes qui font fonctionner cet endroit… des gens qui nettoient les choses, qui les mettent en place… qui font toutes les « choses humaines » sur lesquelles la grâce peut s’appuyer et j’ai rencontré des chrétiens profonds qui font ces choses et ils m’inspirent. »

Quels sont les derniers mots de sagesse que vous auriez pour la communauté catholique d’Edmonton ?

« Il y a un mot qui me hante depuis des années :  » Frappez le berger et les brebis seront dispersées « . Pour le bien-être de l’Église, nous devons avoir de bons bergers… nous ne pourrons jamais construire l’Église sans de bons et saints leaders. Nous devons donc former des disciples capables de guider leurs frères et sœurs dans la foi. Nous ne pouvons pas être naïfs en pensant que nos leaders, nos bergers, nos dirigeants sont attaqués. Nous devons aimer ceux qui nous dirigent afin qu’ils puissent nous diriger correctement, et c’est ce que dit le pape François – nos évêques, nos pasteurs, nous devons les aimer et les aider à faire ce que le Seigneur leur demande de faire. »

Qu’est-ce qui vous enthousiasme le plus dans ce nouveau poste ?

« Je suis excité de voir l’Église à travers le monde dans toutes ces terres et cultures différentes, certains endroits où elle lutte, d’autres où elle croît de manière exponentielle, comme dans de nombreux pays africains… il y a ces grandes lumières et ces ombres et je suis excité de faire partie de cette grande aventure et de voir ce que le Seigneur fait et de l’aider ! »

Actuellement à Montréal

M. Craig se trouve actuellement à Montréal, où il est en train de se défaire de sa vie au Canada et de s’intégrer à cette nouvelle saison de vie.

« Je suis encore en plein déménagement – je n’ai pas encore reçu mes boîtes ici à Montréal… c’est difficile, car j’aime être organisé et avoir les choses bien rangées », a déclaré M. Craig. « Je dois enseigner une semaine de notre programme de formation pour les candidats sulpiciens, à Lyon, en France, au début du mois de novembre, et j’ai d’autres réunions à Paris en décembre – je dois donc être en France avant la fin du mois d’octobre ! ».

Qu’en est-il de Sweet Pea, le chien bien-aimé du M. Craig ? « J’ai dû l’abandonner. . Sweet Pea. Heureusement, un couple que je connaissais à Campbell River, en Colombie-Britannique, Tony et Linda, l’ont accueillie dans leur famille. C’est une petite fille très heureuse ! »

Il y a de nombreuses façons dont ses amis et sa famille peuvent prier pour lui, alors que M. Craig fait la transition vers cette « grande aventure » en tant que leader international de l’ordre des Sulpiciens.

« Veuillez prier pour moi afin que le processus d’immigration se déroule bien et que je puisse m’installer en France pour prendre mes fonctions. Veuillez également prier pour notre « petite Compagnie de Saint-Sulpice » ».

Article de l’archidiocèse d’Edmonton

Voir l’article original

Si vous avez aimé ce contenu, partagez-le !